UFC-Que Choisir Grenoble

Énergie, Environnement

Prix du gaz • Profitez de la baisse

Comme il s’agit d’un contrecoup de l’épidémie mondiale de coronavirus on aurait préféré s’en passer, mais les faits sont là, le prix du gaz est en forte baisse. En ces temps de confinement, c’est le moment de se pencher sur son contrat.

Depuis fin 2019, les événements se sont ligués pour faire baisser le prix du gaz. Il y a d’abord eu la météo particulièrement clémente de l’hiver, un peu partout en Occident et en Asie, conjuguée à une augmentation de la production mondiale de gaz. Avec leur production de gaz de schiste à grande échelle, les États-Unis sont devenus le premier producteur mondial, sachant que de leur côté, la Russie et quelques autres ont augmenté leur production.

L’épidémie de coronavirus est arrivée dans ce contexte d’offre abondante et de stocks hivernaux à un niveau exceptionnel. La demande en gaz a alors connu un brusque coup d’arrêt, d’abord en Chine, qui, en tant que premier consommateur mondial de gaz, donne le ton sur le marché.

Du coup, amorcée en janvier dernier, la baisse du prix du gaz ne fait que s’accentuer depuis. -3,3 % en février, suivie de -4,6 % en mars, et encore -4,4 % en ce mois d’avril.

Le prix du kWh gaz TTC pour un ménage qui se chauffe au gaz en zone 2 au tarif réglementé d’Engie est ainsi passé à 4,81 centimes ce mois-ci, un niveau bas qu’on n’avait pas connu depuis l’été 2017. Il a ainsi chuté de 23 % par rapport à avril 2019, il y a tout juste un an, et de 29 % par rapport à novembre 2018.

Que Choisir invite tous les consommateurs qui ont souscrit à des offres de gaz à prix fixe à se pencher sur leurs factures. Si le contrat a été passé au cours du premier semestre 2019 ou du second semestre 2018, c’est-à-dire à des périodes où les prix étaient élevés, il y a de belles économies à réaliser dans tous les cas.

Si c’est au second semestre 2019 ou avant juillet 2018, les économies seront moins importantes mais ça vaut la peine, à moins d’avoir obtenu une offre à -10 % ou plus par rapport au tarif réglementé du moment.

Enfin, pour tous les usagers qui sont encore au tarif réglementé d’Engie et qui s’inquiètent de sa suppression à venir, même si c’est seulement dans 3 ans, il peut être intéressant de passer à une offre à prix fixe. À condition toutefois de veiller à ce que l’abonnement ne soit pas surfacturé, et que le prix du kWh hors taxes soit à -10 % voire plus, par rapport au tarif réglementé.

Reste une question épineuse, faut-il changer maintenant ou attendre que le prix du gaz continue à chuter ? Il peut certes encore baisser, sauf si la crise du coronavirus s’éloigne vite… Autant chercher la réponse dans une boule de cristal !

Comparez les offres des fournisseurs

Une offre de gaz se choisit à tête reposée, après l’avoir comparée aux autres offres disponibles. Il y en a une quarantaine en gaz. Notre comparateur énergie les recense en donnant, pour chacune d’elles, l’économie réalisée ou son surcoût par rapport au tarif réglementé.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)