UFC-Que Choisir Grenoble

Mutuelle, Santé Bien-être, Système de santé - Complémentaire santé

Tiers payant – Les patients n’auront plus à avancer de frais à l’hôpital

L’ensemble des complémentaires santé (assurances, instituts de prévoyance, mutuelles) se sont mises d’accord pour assurer le tiers payant dans les hôpitaux publics dès la fin du mois de juin 2021.

Le tiers payant à la pharmacie, tout le monde connaît. À condition d’avoir une complémentaire santé, les malades n’ont pas besoin d’avancer les frais au moment de la délivrance de leurs médicaments, grâce à la coordination informatique entre l’officine, l’assurance maladie et l’organisme couvrant la part complémentaire. Le même système est en passe de se mettre en place dans les hôpitaux publics. Dès la fin du mois de juin, les bénéficiaires d’une complémentaire santé n’auront plus à régler la facture après leur passage à l’hôpital. En plus de la part de l’assurance maladie, depuis longtemps couverte par le tiers payant, celle de la complémentaire, le ticket modérateur pour l’essentiel, le sera aussi. Les instituts de prévoyance, la Fédération française de l’assurance (FFA) et la Mutualité française, qui à eux trois regroupent l’ensemble des organismes complémentaires, se sont mis d’accord dans ce sens le 19 mai dernier.

Plus besoin d’attendre le remboursement des frais

Cette évolution est un bon point pour les patients. Même si le coût de l’hospitalisation est déjà en grande partie couvert par le tiers payant, l’assurance maladie prenant en charge 80 % des soins en établissement, les 20 % restants peuvent atteindre des centaines d’euros, selon le type de soins reçus et la durée du séjour. De plus, c’est la complémentaire qui assure le financement du forfait journalier (frais hôteliers) ou de la chambre particulière, par exemple. Que ces dépenses soient prises dans le tiers payant allègera considérablement la charge pour les assurés, qui n’auront plus à attendre le remboursement de leurs frais. « Pour les établissements, leur personnel hospitalier et pour les comptables publics, [le tiers payant constitue] une simplification et sécurisation des procédures de facturation et de recouvrement », soulignent aussi les organismes complémentaires dans leur communiqué.

Dans un premier temps, seuls les hôpitaux publics sont concernés par le tiers payant « intégral ». Progressivement, les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR), ainsi que les hôpitaux psychiatriques, entreront dans la danse. Enfin, à terme, les établissements privés de santé devraient pouvoir être inclus dans le dispositif.