UFC-Que Choisir Grenoble

Alimentation, Nutrition

Nutri-Score – Industriels et consommateurs s’adaptent

Diminution des achats de produits notés D ou E, assainissement des recettes… Plusieurs annonces récentes renforcent l’idée que l’affichage d’une note nutritionnelle, sous la forme du Nutri-Score, bénéficie déjà à la santé publique.

Trois ans après le lancement officiel du Nutri-Score, Santé publique France dresse un bilan très positif des effets de ce logo – facultatif – qui note les produits de A à E en fonction de leur qualité nutritionnelle.

D’après une enquête menée en septembre 2020 auprès d’un millier de Français, 93 % des consommateurs connaissent à présent le Nutri-Score, et parmi eux plus de la moitié déclarent avoir modifié une ou plusieurs habitudes d’achat grâce à ce logo. Un tiers des consommateurs privilégient ainsi à présent les produits ayant le meilleur Nutri-Score au sein d’un même rayon, et autant déclarent limiter leur consommation de produits présentant un mauvais Nutri-Score.

Amélioration des recettes

Côté entreprises, le bilan est également positif avec 50 % des volumes des ventes alimentaires qui impliquent à présent des produits au Nutri-Score visible. Et face au pouvoir prescriptif de ce logo, l’industrie agroalimentaire s’adapte. Dernier exemple en date : Intermarché, qui a annoncé en janvier avoir amélioré l’équilibre nutritionnel de plusieurs centaines de ses produits afin, notamment, d’afficher un meilleur Nutri-Score. Diminution du sel dans un plat de semoule, choix d’une viande moins grasse dans des tomates farcies ou encore augmentation de la proportion de fromage frais dans un dessert aux fruits pour enfants… À chaque fois, la note affichée s’en est trouvée améliorée, valorisant le produit auprès des consommateurs.

Vers une obligation d’affichage ?

Ces nouvelles preuves de l’utilité du Nutri-Score tombent à pic, alors que des négociations sont en cours, au niveau européen, autour d’un projet de logo nutritionnel obligatoire sur les emballages de tous les produits alimentaires. Un projet annoncé par la Commission européenne en mai dernier, et dont s’était alors félicitée l’UFC-Que Choisir, qui milite depuis des années dans ce sens (voir notre dossier sur le sujet).

D’après Santé publique France, 89 % des personnes interrogées se disent d’ailleurs favorables à l’obligation d’affichage du Nutri-Score, sur tous les produits.