UFC-Que Choisir Grenoble

Achat - Vente - Location, Achat - Vente de voiture, Auto

Voitures hybrides Les données des constructeurs trop flatteuses

Lorsqu’ils indiquent la consommation de leur véhicules, les constructeurs se basent sur le protocole d’homologation en vigueur. Mais ces valeurs officielles sont souvent éloignées de la réalité et les véhicules, notamment hybrides, sont bien moins respectueux de l’environnement que les messages diffusés à longueur de publicité par les fabricants le laissent entendre.

 

Présentés comme les sauveurs de l’automobile car plus respectueux de l’environnement, les véhicules hybrides connaissent une augmentation des ventes de 150 % en un an. Et, parmi celles-ci, ce sont les versions rechargeables, capables de rouler plusieurs dizaines de kilomètres en mode tout-électrique, qui progressent le plus : + 375 %. Ces modèles hybrides attisent la fibre écologiste des acheteurs par des consommations annoncées très basses. Et les constructeurs n’hésitent pas à mettre en avant cet argument écologique, faisant passer leurs modèles hybrides pour des véhicules propres très peu gourmands en carburant.

Des données encore trop optimistes

Depuis des années les constructeurs mettent en avant la consommation de leurs véhicules et les émissions de CO2, cause du réchauffement climatique. Pour ce faire, ils se basent sur les mesures réalisées lors de l’homologation selon le protocole en vigueur. Depuis 2020, il s’agit du WLTP (1), censé être plus réaliste que l’ancien NEDC (2) en vigueur depuis 1973 et qui ne correspondait plus aux voitures modernes, mieux équipées et plus puissantes. S’il est vrai que ce nouveau protocole est plus proche de la réalité, il n’en demeure pas moins des écarts entre les valeurs annoncées par les constructeurs et celles relevées dans la vraie vie. Les modèles hybrides n’échappent pas à la règle et ce sont même les hybrides rechargeables, celles justement supposées être les plus respectueuses de l’environnement, qui affichent le plus grand écart.

Les constructeurs tiennent compte de l’électrique

Prenons l’exemple de Mercedes, qui annonce une moyenne de 0,7 l aux 100 km et des émissions de CO2 à 18 g/km pour son GLE 350 de EQ Power, un gros SUV de plus 2 600 kg. Le constructeur précise sur son site dans une note que « depuis le 1er septembre 2018, les véhicules légers neufs sont réceptionnés en Europe sur la base de la procédure d’essai harmonisée pour les véhicules légers (WLTP), procédure d’essai permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2, plus réaliste que la procédure NEDC précédemment utilisée ». Pourtant, de notre côté, lors de nos mesures nous avons relevé une consommation de 8,1 litres/100 km et des émissions de CO2 de 213 g/km !

Sur le site de Mercedes, le GLE 350 de EQ Power affiche une consommation de 0,7 l aux 100 km et des émissions de CO2 à 18 g/km.

Si les modèles hybrides rechargeables affichent autant d’écart, c’est que le protocole WLTP prend en compte la consommation nulle de la voiture lorsqu’elle roule en mode électrique. Ainsi, avec une cinquantaine de kilomètres sans consommer une goutte de carburant, il n’est pas étonnant de constater des consommations moyennes très basses. C’est pourquoi, pour nos évaluations des véhicules hybrides rechargeables, la consommation est d’abord mesurée en mode hybride (sans jamais conduire en mode tout-électrique). C’est cette valeur, appelée « consommation moyenne de combustible » qui correspond à l’appétit réel du moteur thermique. Ensuite nous roulons en mode électrique uniquement pour connaître la consommation d’électricité et l’autonomie. Enfin, nous annonçons la consommation sur les 100 premiers kilomètres en partant du principe que l’on roule d’abord en tout-électrique jusqu’à ce que le moteur thermique prenne le relais.

Nos mesures sont donc nettement plus réalistes que celles affichées dans les documents commerciaux des constructeurs et relevées selon le protocole WLTP qui n’a pas vraiment réussi son pari de refléter la consommation et les émissions réelles des véhicules.

D’autres exemples

visuel volvo hybrid consommation emissions co2
Volvo annonce pour le XC40 Recharge T5 des émissions de CO2 de 45-55 g/km alors que nous avons mesuré 180 g/km.
visuel ds7 crossback hybrid consommation emissions co2
Même constat pour la DS7 Crossback E-Tense 4×4 : 30 à 35 g/km de CO2 annoncés, 172 g/km selon nos mesures.

Des pubs et des slogans

Dans leur publicité, les constructeurs n’hésitent pas à associer voiture hybride et écologie.
Quelques exemples :